Humidité ascensionnelle
Facebook
Linkedin
Google+
Youtube

Traitez l'humidité ça ne s'invente pas ! Faites appel aux vrais pros.

Selon notre diagnostic voici nos traitements radicaux contre l’humidité.

Nous sommes spécialisé dans le drainage de caves !

SiteLock

Nous sommes parmis les moins cher du marché,c'est une certitude ! Mais savez vous pourquoi ?

 

Tout simplement parce que nous n'avons pas de commerciaux a commissionné !

 

De plus le patron est sur chantier ! Et surtout nous ne dépensons pas des milliers d'euros dans de la pub !

 

Mais pourquoi nous choisir ?

 

Humipro c'est …

 

Le meilleur Rapport qualité-prix du marché !

Une équipe consciencieuse qui veillera au moindre détail

Une expérience accrue sûre de nombreux chantiers

Une grande connaissance des différents métiers du bâtiment

Création du plan sur base des travaux a réalisé

Un planning adapté selon vos besoins

Un patron sur chantier

Des produits reconnus par le CSTC et de grande qualité

Un service garanti jusqu à 30 ans !

Un service après-vente

Un système unique de parrainage

 

 

 

Humidité ascensionnelle

L’humidité ascensionnelle pourquoi, comment ?

(artciles émanant du Cstc)

 

Les différents cas d’humidité ascensionnelle que nous sommes amenés à examiner concernent soit des anciens bâtiments dont les maçonneries n’ont pas été pourvues de membranes anticapillaires à la base, soit des bâtiments récents où les membranes anticapillaires et/ou celles destinées au drainage de la coulisse n’ont pas été posées correctement. Dans ce dernier cas, l’eau aboutit sur la membrane anticapillaire et peut remonter par capillarité dans le bloc intérieur. Le recul que nous possédons à présent en matière de traitement de l’humidité ascensionnelle nous permet d’avancer, d’une part, que le système le plus polyvalent et le plus utilisé consiste à injecter des résines hydrophobes et, d’autre part, que l’efficacité de ces traitements est généralement très bonne. Dans quelques cas cependant (applications erronées, notamment), les résultats obtenus ne sont pas pleinement satisfaisants :

 

Application erroné

injection réalisée du côté intérieur du mur en dessous du niveau des terres extérieures

◆ enduit non éliminé après assèchement des murs

injection réalisée au-dessus des plinthes restées en place

◆ forte concentration de nitrates dans la maçonnerie

◆ murs très épais et hétérogènes dans des locaux peu chauffés et/ou peu ventilés. Pour prévenir l’humidité ascensionnelle, on tiendra compte des directives suivantes :

◆ les injections seront réalisées en tous points à un niveau supérieur à celui des terres entourant le bâtiment. Lorsque cela n’est pas possible, il y a lieu de poursuivre le traitement au niveau des plinthes intérieures et de protéger le mur de toute humidification.

 

◆ le traitement sera effectué, si possible, à la hauteur des plinthes après dépose de celles-ci. Après assèchement des maçonneries, les enduits seront décapés dans toute la zone précédemment humide, étant donné que les sels initialement contenus dans la maçonnerie ont le plus souvent migré au sein des enduits lors de l’assèchement. Les plinthes seront ensuite posées au mortier hydrofugé, de façon à éviter le contournement de la barrière anticapillaire par le biais des enduits [6]

◆ en présence d’une concentration élevée en nitrates, il est illusoire d’espérer obtenir un résultat optimal. En effet, certains nitrates sont à ce point hygroscopiques qu’ils captent l’humidité de l’air et maintiennent la maçonnerie humide, même dans une ambiance intérieure “normale” et ce,

Indépendamment de l’efficacité du traitement effectué. Dans ce cas, il y a lieu de prévoir, soit immédiatement après le traitement, soit – en l’absence de résultats significatifs – au terme d’un délai devant normalement permettre l’assèchement de la maçonnerie, la mise en œuvre d’un doublage insensible à l’humidité (panneaux résistant à l’humidité, enduit sur plaques à excroissances en poly- éthylène rigide avec treillis synthétique thermosoudé, …)

◆ pour les murs très épais et hétérogènes, il y a lieu de tenir compte, d’une part, que la quantité de produit à injecter peut être très importante et qu’il est difficile d’en garantir la parfaite répartition, et, d’autre part, que les délais nécessaires à l’assèchement peuvent devenir considérables. En outre, dans les bâtiments peu chauffés et/ou peu ventilés (murs d’églises, par exemple), les possibilités de séchage sont à ce point ralenties qu’il nous paraît peu réaliste d’y attendre une évolution rapide. Dans la majorité des cas, une amélioration partielle n’est obtenue qu’après plusieurs années. Afin d’accélérer le processus d’assèchement dans ce type de bâtiment, on peut prévoir une légère ventilation permanente et un léger chauffage continu pendant les périodes froides.

 

Humidité Batiments anciens

BÂTIMENTS ANCIENS Dotée d’un patrimoine particulièrement ancien, la Belgique est fortement touchée par les problèmes d’humidité. Ceux-ci affectent généralement les bâtiments constitués de parois en maçonnerie massive et dépourvus de membrane anticapillaire en pied de mur.

Plus d’un tiers des logements existants en Belgique date d’avant 1945. Or, les constructions en maçonnerie comprenant une coulisse d’air et une membrane anticapillaire drainante en pied de mur ne se sont généralisé qu’après-guerre. Les bâtiments construits avant 1945 ont en commun une conception parfois peu compatible avec les notions actuelles de confort et de performances énergétiques. Malgré leur épaisseur, les maçonneries massives anciennes sont à la fois peu isolantes d’un point de vue thermique et sensibles aux pénétrations des pluies battantes. L’absence de membrane d’étanchéité en pied de mur favorise en outre les remontées capillaires d’eau et de sels en provenance du sol. Si les causes d’humidité à l’origine de dégradations et de désagréments dans les bâtiments anciens sont nombreuses, les phénomènes d’absorption capillaire par les maçonneries en contact avec le sol (ou ‘humidité ascensionnelle) y sont particulièrement courants. En effet, ces bâtiments ne comportent pas d’éléments permettant une séparation capillaire entre le sol et les matériaux de construction poreux (une membrane d’étanchéité en pied de mur, par exemple). Comme nous le verrons plus loin, les matériaux poreux absorbent l’humidité lorsqu’ils sont mis en contact avec une source d’eau liquide et sont donc susceptibles de s’imprégner de l’humidité pré- sente dans le sol avec lequel ils entrent en contact. Les phénomènes d’humidité ascensionnelle sont non seulement courants, mais aussi particulièrement gênants, car l’humidité en provenance des terres contient d’importantes concentrations en sels solubles, qui élargissent la gamme des dégradations occasionnées. Ainsi, une intervention contre l’humidité ascensionnelle s’avère nécessaire dans de nombreux cas. Les bâtiments dépourvus de membranes anticapillaires ne sont toutefois pas systématiquement sujets au phénomène d’humidité ascensionnelle. Symptômes observés peuvent également être liés à d’autres causes d’humidité, voire à une combinaison de causes. Dans les bâtiments anciens, l’enjeu sera donc de déceler, d’une part, la présence d’humidité ascensionnelle et la nécessité d’un traitement et, d’autre part, l’existence éventuelle d’autres causes d’humidité à traiter en parallèle.

 

Humidité Batiments Récent

BÂTIMENTS RECENT Bien que les interventions dans les bâtiments anciens représentent la majeure partie du volume des travaux d’assèchement, il est bon d’ajouter que le traitement de l’humidité peut aussi s’appliquer aux constructions plus récentes. Ces bâtiments peuvent, eux aussi, nécessiter des interventions contre l’humidité ascensionnelle, notamment si aucune membrane anticapillaire n’a été mise en place, si cette membrane est dégradée, en cas d’erreurs de placement ou de conception, ou encore lorsque des terres ou des aménagements extérieurs sont apportés contre les murs au-dessus du niveau de la membrane sans qu’une protection adaptée soit prévue. Dans ce cas, l’enjeu consistera à déterminer quel défaut ou intervention est à l’origine de l’humidité ascensionnelle, tout en ne négligeant pas l’existence éventuelle d’autres causes d’humidité

Produit d'injection liquides en phase solvant

Produit d’injection liquides en phase solvant

 

Utilisés depuis plus de quarante ans, les produits hydrophobes liquides en phase solvant de type ‘white-spirit’, en particulier ceux à base de silanes ou de siloxanes (concentration en matière active de 5 à 10 % environ), se caractérisent par une efficacité et une durabilité éprouvées. Ils provoquent néanmoins d’importants désagréments olfactifs, les quantités de produit injectées dans un bâtiment s’élevant à plusieurs dizaines de litres. De même, les COV émis par ces produits ont un impact néfaste sur la qualité de l’air intérieur et sont donc potentiellement dangereux pour la santé des habitants. Ces différents inconvénients sont d’autant plus gênants lorsque le bâtiment est occupé. Depuis une vingtaine d’années, les solvants white-spirit ‘classiques’ sont ainsi remplacés progressivement par des solvants isoparaffiniques qui dégagent moins d’odeurs. Dans de très rares cas, l’application de produits en phase solvant peut donner naissance à des odeurs prononcées et persistantes, généralement accompagnées d’un développement de moisissures. Il semble que ces problèmes aient différentes origines : utilisation de solvants relativement lourds, exécution d’injections en période hivernale (réticence à ventiler le bâtiment de façon intensive à cette période), existence de points chauds localisés (éléments de chauffage électrique, plaques de cuisson, feu ouvert, etc.) et absence de système de ventilation permanente

 

Injection de crème humidité ascensionnelle

l’injection de produit sous forme de crème ou de gel : le principe est similaire à celui de la méthode précédente, à la différence que les produits sous forme de gel ou de crème ont tendance à se maintenir plus longtemps dans le trou d’injection sans s’écouler par les fissures et les crevasses. Cette caractéristique peut constituer un avantage dans une maçonnerie très hétérogène. L’application de produits sous forme de crème ou de gel peut également être envisagée dans des maçonneries très compactes et homogènes. Dans ce cas, on remplit les trous de forage d’une quantité de produit suffisante, puis on laisse le produit migrer lentement par diffusion dans le matériau.

Également à base de silanes ou de siloxanes en phase solvant ou aqueuse, les produits sous forme de gel ou de crème sont apparus il y a peu sur le marché. Même s’ils sont onéreux, ces produits renferment des concentrations en matières actives importantes (40 à 80 %), ce qui limite les quantités à mettre en œuvre. De plus, ils ne dégagent pratiquement pas d’odeur et des mesures en laboratoire ont montré récemment que leurs émissions de COV sont négligeables. En ce qui concerne les crèmes et les gels en phase solvant, cette réduction des odeurs et des émissions est liée à la nature des solvants employés et au fait que les quantités de produits injectées sont largement inférieures à celles injectées sous forme liquide. Les crèmes et les gels se prêtent particulièrement bien à l’injection de maçonneries extrêmement compactes ou, au contraire, fortement hétérogènes et caverneuses.

Dans le premier cas, l’application d’une quantité de crème très concentrée à l’intérieur des trous d’injection accélère la mise en œuvre, tout en laissant au produit le temps de migrer dans la maçonnerie environnante. Dans le second cas, la viscosité du produit limite la diffusion incontrôlée dans les fissures et les cavités, puisque celui-ci a tendance à se maintenir dans le trou de forage et à diffuser depuis cet endroit vers la maçonnerie environnante. Tout comme les produits liquides en phase aqueuse, les crèmes et les gels ont par ailleurs tendance à migrer moins bien dans des supports (très) humides. Les essais réalisés sur certains produits donnent cependant des résultats très positifs.

 

 

 

Humipro traitement contre l'humidité

Rue de la Station 25, 5650 walcourt (Namur)

N°Entreprise : 0658.807.271

Nos traitements contre l'humidité : Humidité ascensionnelle, cave humide,sol drainant, bord drainant, cuvelage de murs enterrés, ventilation, hydrofuge ...

Situé à Walcourt (pronvince de Namur) nous nous déplaçons dans tout la Wallonie et Bruxelles...

Hainaut (Charleroi, Chimay, Froidchapelle, Mons, La Louvière, Tournai, Ath,...

Namur : Walcourt, Florennes, Mettet, Philippeville, Couvin, Dinant, Namur, Gembloux, Eghezée, Andenne, Ciney, Rochefort, Beauraing,...

Brabant Wallon : Genappe, Nivelles, Waterloo, Lasne, Jodoigne, La Hulpe, Wavre, Grez Doiceau, Perwez, Tubize, Villers La Ville,...

Liège : Liège, Hannut, Sprimont, Spa, Huy, Heron, Aywaille, Herve, Braives, ...

Bruxelles : Bruxelles, Ixelles, Etterbeck, Anderlecht, Everre, Molenbeek, Schaerbeek, Laeken, Uccle, Wolluwé Saint Pierre, Jette,...

SiteLock